Solidarité

«Erdogan ne veut plus d’opposition»

Faysal Sariyildiz fait partie des nombreux députés kurdes risquant la prison pour avoir dénoncé les crimes commis contre les populations de l’est de la Turquie.
DR
Interview

Depuis août dernier, plusieurs villes kurdes connaissent l’une après l’autre une succession de couvre-feux régulièrement levés puis rétablis au gré des combats entre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et les forces militaires turques. Entre le 16 août 2015 et le 30 avril 2016, Ankara en a imposé soixante-cinq dans les villes de Diyarbakir, Sirnak, Mardin, Hakkari, Mus, Elazig et Batman, Cizre, Sirnak, Nusaybin, affectant 1,3 million d’habitants. Combats

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion