Vaud

Une fois majeurs, livrés à eux-mêmes

Les jeunes réfugiés non accompagnés qui atteignent 18 ans perdent leurs droits et sont isolés.
A 18 ans Pixabay
Migration

Pour un mineur non accompagné, fêter son 18e anniversaire est souvent source d’angoisse. Originaires majoritairement d’Erythrée, d’Afghanistan ou de Syrie, beaucoup de ces réfugiés obtiennent pourtant un permis de séjour, durable ou provisoire. Mais à leur majorité, on attend d’eux qu’ils deviennent autonomes et leur encadrement est réduit au strict minimum. «Ils sont complètement lâchés dans la nature», témoigne une éducatrice d’un foyer pour mineurs non accompagnés (MNA), qui tient

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion