Livres

Charme vénéneux

Ariel Bermani situe ce roman à Buenos Aires, capitale argentine.
Livres

On le surnomme Veneno depuis qu’un camarade de l’Action catholique, où il a étudié adolescent, lui a collé ce sobriquet finalement révélateur: il empoisonne son entourage et s’est avéré bon à rien. Grand romantique déçu, lecteur de Pablo Neruda, Veneno écrit des poèmes, joue vaguement sur sa gratte, passe son temps à traîner et boire dans les bars de sa cité de Burzaco, à une trentaine de kilomètres de Buenos

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion