Scène

«On ne peut pas décider de brûler des livres»

A Genève, l’Orangerie honore les grandes œuvres classiques et les textes contemporains. Entretien avec son directeur Valentin Rossier.
Valentin Rossier MARC VANAPPELGHEM
Théâtre de l'Orangerie

La nouvelle saison théâtrale et musicale de l’Orangerie, 35 ans cette année, promet de marquer l’été culturel genevois du 21 juin au 1er octobre. Debussy et André Hellé nourriront l’imagination du jeune public dans La Boîte à joujoux, dès 4 ans. Dürrenmatt y côtoiera Yasmina Reza ou Jean Eustache, avec l’adaptation très réussie de La Maman et la putain par Dorian Rossel. On y découvrira aussi une comédie contemporaine du Belge Philippe Blasband.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion