Solidarité

Le coup d’Etat ne passe pas

La brusque mise à l’écart du gouvernement de Dilma Rousseff, le 12 mai dernier, pousse les syndicats à préparer une grève générale pour septembre.
Michel Temer (ici avec Dilma Roussef en 2010) a supprimé le Ministère des femmes Agência Brasil / CC
Brésil

Le Brésil vit un moment clé de son histoire depuis le 12 mai dernier. La suspension de la présidente Dilma Roussef dans le cadre d’une procédure de destitution, qualifiée de coup d’Etat par l’ensemble de la gauche, a conduit à la formation d’un gouvernement ultraconservateur. Celui-ci n’a pas hésité à prendre une série de mesures antisociales qui vont à l’encontre du mandat qui a été confié en 2014 à la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion