Religions

Quand la culture menace l’intégrisme

Parce qu’il sacralise un religieux «pur», le fondamentalisme se méfie de la culture et de l’histoire. Ce refus de la compromission fonde les communautarismes, explique le sociologue Philippe Gonzalez.
Philippe Gonzalez. DR
Religions

Entre une religion et la culture dans laquelle elle s’insère, les relations ne sont pas toujours lisses. Et les courants fondamentalistes et intégristes – toutes traditions confondues – se tiennent carrément à l’écart: pour éviter la relativisation opérée par la culture locale par rapport à un modèle religieux qu’ils jugent intouchable, ils préfèrent prêcher le retrait et la méfiance. C’est ce processus qu’éclairait récemment le sociologue Philippe Gonzalez, dans le cadre du

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion