Religions

Service minimum pour les victimes

De nombreuses victimes d’abus sexuels pourraient ne toucher qu’une indemnisation symbolique. Cela n’a pas l’air d’émouvoir la hiérarchie religieuse.
Photo prétexte. Pixabay
Eglise catholique

Quel point commun ont les victimes d’agressions sexuelles commises par des prêtres et religieux catholiques et les anciens enfants placés de force par l’Etat? Dans les deux cas, tout le monde s’accorde à reconnaître que les souffrances infligées et les traumatismes subis sont énormes. A l’inverse, qu’est-ce qui les différencie? Les réparations financières prévues varient en tout cas du simple au double. Au détriment des victimes d’abus ecclésiastiques. Pis, certaines

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion