Suisse

La «chance» d’avoir un permis de séjour

Amal Nasr, réfugiée syrienne, témoigne de son parcours. Sa fille a eu moins de chance: tout juste majeure, elle n'a pas droit au regroupement familial et reste bloquée en Syrie.
Portraits de la militante syrienne Amal Naser, réfugiée en Suisse. Genève (Uni Mail), le 11 mars 2016 CEDRIC VINCENSINI
Asile

Arrêtée à maintes reprises, emprisonnée et jugée par le Tribunal antiterroriste syrien aux mains du pouvoir, Amal Nasr raconte son parcours qui l’a menée jusqu’à Lucerne. Activiste politique et féministe, elle a 49 ans et vient de Jaramana, une ville située au sud-est de Damas qu’elle a quittée en 2014 pour se rendre en Suisse. Mariée et mère d’une fille de 20 ans, elle a obtenu un permis B, synonyme d’autorisation de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion