Genève

Sandrine Salerno ne convainc pas ses collègues sur la laïcité

La magistrate proposait à l’exécutif qu’il se prononce en faveur du port de signes religieux par des fonctionnaires au contact du public
Sandrine Salerno estime défendre l’autodétermination des femmes en les laissant opter pour le voile. NIELS ACKERMANN
Ville de Genève

Faut-il permettre aux employés municipaux d’afficher des signes religieux ostentatoires, y compris s’ils sont au contact du public? Oui, a plaidé Sandrine Salerno. Cheffe des ressources humaines en Ville de Genève, la magistrate avait adressé une note en ce sens à ses collègues. Médiatisée, sa position permissive avait suscité la polémique. Mercredi, après trois discussions, le Conseil administratif a décidé de ne rien décider, nous explique Sandrine Salerno dans cette

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion