Genève

«Il est irresponsable d’accepter TISA»

Les collectivités locales genevoises veulent signifier leur opposition à la privatisation des services.
La Ville de Genève ATTAC SUISSE

Les communes genevoises ont réaffirmé leur opposition aux Accords sur le commerce des services (TISA en anglais) jeudi dernier à l’occasion d’une table ronde organisée par le comité Stop-TISA Genève. Cet accord international, négocié entre Etats, prévoit une libéralisation massive des services. Aujourd’hui, la Ville de Genève, Puplinge, Meinier, Meyrin, ou encore Plan-les-Ouates se sont déclarées «zones hors TISA». Le canton de Genève l’est également. L’Association des communes genevoises pourrait

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion