Cinéma

Andréa Ferréol, passion insatiable

Entière et bonne vivante, la comédienne de «La Grande Bouffe» publie un livre de souvenirs à l’image de son caractère. Flash-back.
L’actrice française est venue à Genève pour le Salon du livre. JEAN-PATRICK DI SILVESTRO
Portraits de der

Il y a des films qui marquent leurs interprètes au fer rouge. Ainsi, ­Andréa Ferréol sera toujours ramenée à La Grande Bouffe (1973). Dans cette farce funèbre de Marco Fer­reri, elle tient compagnie à quatre notables qui s’enferment dans une maison de campagne pour un suicide gargantuesque, abusant des plaisirs de la chair jusqu’à la nausée. Féroce critique de la société de consommation capitaliste, le film fit scandale à Cannes.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion