Livres

Pour en finir avec la virginité

Dans son nouveau roman «Mémoire de fille», la Française Annie Ernaux revient sur sa jeunesse amoureuse à l’âge de 18 ans. Son récit de vie personnel touche à l’universel.
Dans Mémoire de fille CATHERINE HELIE / GALLIMARD
Livres

«Mon histoire c’est l’histoire d’un amour (…), c’est l’histoire qu’on connaît. Ceux qui s’aiment jouent la même je le sais», chantait Dalida dans les années 1950. Annie Ernaux, qui se souvient de cette complainte et la cite au début de son roman Mémoire de fille, dit la même chose. Elle aussi a «joué» cette histoire un jour de l’été 1958. Elle a alors 18 ans et travaille comme monitrice dans

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion