Cinéma

Pauvres polémiques cannoises

Cannes, J-2. Et pas l’ombre d’une polémique à l’horizon. Mais cela ne saurait tarder, puisque l’attention médiatique dont bénéficie le festival les appelle – aussi futiles soient-elles. Il y a bien eu jeudi un coup de gueule d’Yvan Attal, fâché que son film Ils sont partout (une comédie qui se moque des clichés sur les juifs) n’ait pas été sélectionné. Des dé­çus, il y en aura toujours; et pas de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion