Livres

Subtil supplice de l’écrivain

«CIAO CONNARD» DE FLORIAN EGLIN
Livres

Le cycle des tribulations déjantées du dandy Solal Aronowicz s’est clos avec Holocauste. Florian Eglin publie ce printemps son quatrième ouvrage, un roman noir dont le titre résonne comme une provocation, Ciao connard. Dans un style percutant qui mélange noirceur, cruauté, autodérision et humour, il met aux prises les deux protagonistes enfermés à l’intérieur d’une cave, au fil de chapitres au titre en général ironique ou proverbial – «Des fois, il

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion