Scène

James Thierrée ou la fratrie emprisonnée

A Carouge, le petit-fils de Chaplin signe une fresque baroque, mélancolique et pleine de mystère avec «La Grenouille avait raison».
Les lumières des lustres clignotent comme dans des mondes perdus. HUGUES ANHES
Théâtre

Le rideau rouge se dérobe sous nos yeux comme par magie pour laisser place à l’immensité du décor dans lequel on plonge d’emblée. Les lustres s’allument et se déplacent comme si un ouragan soufflait violemment. Ou alors on parierait qu’il y a du surnaturel dans ­­La Grenouille avait raison. Derrière les tentures noires qui habillent toute la scène, des lumières clignotent, donnant l’illusion de mondes perdus. James Thierrée a composé

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion