Économie

«Le salut ne viendra pas de la BCE»

Les critiques contre la Banque centrale européenne fusent. Mais son rayon de manœuvre se heurte à l’austérité, estime Sergio Rossi. Et aux limites de l’Union, selon l’expert.
Khardan/creative commons 3.0
Politique monétaire

Elle a décoché toutes ses flèches. Quoi qu’en dise son président, Mario Draghi, la Banque centrale européenne (BCE) atteint ses limites. Et depuis quelques semaines les critiques se durcissent, en particulier en Allemagne, où d’aucuns mettent en doute sa crédibilité. L’institution déploie pourtant l’artillerie lourde, avec son programme de rachat mensuel de dettes publiques porté de 60 à 80 milliards d’euros le mois dernier, assorti de taux historiquement bas (voir ci-après).

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion