Genève

Licencié pour avoir parlé à des inspecteurs paritaires?

Les syndicats dénoncent le licenciement d’un maçon et le non versement des charges sociales. L’avocat de l’employeur relativise les griefs syndicaux.
De gauche à droite DR
Genève

Un maçon licencié, charges sociales impayées et salaires versés en retard, c’est ce qu’ont dénoncé vendredi les syndicats (Unia, Syndicat interprofessionnel des travailleuses et des travailleurs et Syna) sur un chantier du village de Charrot, dans la campagne genevoise. Yves Nidegger, avocat de l’employeur ATERA Construction SA, estime que la situation est en passe d’être réglée.   Licenciement abusif? Umberto Bandiera, du syndicat Unia, s’interroge sur le contexte dans lequel

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion