Solidarité

Amazonie: la marée noire de trop?

Les communautés indigènes veulent en finir avec les fuites pétrolières à répétition du pipeline traversant la forêt péruvienne. Elles proposent d’être associées au contrôle public de leurs territoires.
Deux rivières débouchant dans le rio Marañon sont devenues totalement insalubres après une fuite de l’oléoduc Norperuano. LDD
Pérou

Les 25 janvier et 3 février derniers, d’importantes fuites de pétrole se sont produites sur l’oléoduc Norperuano en Amazonie, conduisant à la déclaration de l’état d’urgence sanitaire par le Pérou. L’équivalent d’au moins 3000 barils de pétrole se sont déversés à Villa Hermosa, dans la région d’Amazonas et de 1500 barils de pétrole à Mayuriaga, dans la région de Loreto, affectant quelque vingt-neuf communautés notamment par la pollution des fleuves.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion