Suisse

La frontière suisse reste ouverte

Guy Parmelin affirme qu’il n’est pas question de fermer la frontière, mais de canaliser les flux migratoires. Un service d’appui de l’armée est à l’étude.
Les gardes-frontière ne peuvent pas contrôler tout le monde à la douane (ici les quais de la gare de Bâle Christian Schröder / Wikimedia
Sécurité

Les attentats de Bruxelles ont alimenté la poussée de fièvre sécuritaire provoquée par la crainte d’un important flux de réfugiés arrivant en Suisse. Mais elle n’a pas encore atteint l’ensemble du Conseil fédéral. «Il n’est pas question de fermer les frontières. Cela ne fait pas partie du mandat donné par la délégation de sécurité du Conseil fédéral», a déclaré hier le porte-parole du gouvernement André Simonazzi. Selon la presse dominicale,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion