Scène

Les chars contre la parole

Dominique Bourquin touche en ravivant la mémoire d’Anna Politkovskaïa, dans une première mise en scène de Dominique de Rivaz, en tournée romande ainsi qu'à Berne.
Dominique Bourquin évoque le parcours de la journaliste russe avec poésie et cruauté. CATHERINE MEYER
Théâtre

Chaussures rouges, tignasse blanche, gilet gris. Dominique Bourquin occupe seule le terrain. Elle n’est pas partie en guerre pourtant. Ce samedi, c’est au théâtre du Galpon, à Genève, que sa parole résonne dans un espace vide disant ­l’effroi. Pour seul décor, quelques marches d’escalier calés sur un gros pilier de soutènement métallique qu’on ne voit pas de prime abord. Un tabouret, aussi. Les conflits qu’elle raconte, ce sont ceux vécus

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion