Musique

Une «Fille» radieuse à l’Opéra

«La Fille du Régiment» de Gaetano Donizetti est porté par la virtuosité lyrique et scénique de Julie Fuchs et la fantaisie acrobatique de la mise en scène de Vincent Vittoz.  
Vincent Vittoz parvient à créer un univers suffisamment envoûtant pour qu’y transparaisse l’irréductible humanité de ses personnages. © M. Vanappelghem
Opéra de Lausanne

Fidèle à l’esprit «français» de l’opéra-­comique du très parisien Gaetano Donizetti, le propos scénographique de La Fille du régiment, version Vincent Vittoz, est à la fois léger et truculent. Bohémien même, joyeusement connoté visuellement par les costumes chamarrés et hétéroclites de Dominique Burté et par les décors fantaisistes et facétieusement anachroniques concoctés par Amélie Kiritzé-Topor. Entre un premier acte marqué par la bonhomie martiale et bougonne de la merveilleuse bande

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion