Scène

La poésie avec le corps

A l’ADC, à Genève, «Ossip Mandelstam. A performance» rend hommage par le geste, l’énergie et le verbe au grand poète russe.
Les trois danseurs en situation sur une lecture de Bruce Myers. GREGORY BATARDON
Danse

Ils sont quatre autour d’une table en bois légèrement décentrée, assis sur des tabourets bricolés. Trois danseurs sur le point de donner corps à la voix d’Ossip Mandelstam (1891-1938), portée sur la scène de l’ADC par celle du comédien Bruce Myers, homme de théâtre à la carrière ­indissociable de Peter Brook. Elégamment sapé, blazer brun et gilet crème, le voici qui ouvre la brèche à 45 minutes d’un monologue en

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion