Livres

Empailleur par amour de la vie

«PEAU-EN-POIL» D’ALAIN GALAN
Livres

«Il gisait sur la berge. C’est le garde de l’étang qui l’a découvert.» Il s’appelait Lucas. Un type original: dès l’adolescence, il aimait empailler les animaux morts qu’il trouvait le matin au bord des routes et des chemins. Le titre même du dernier roman de l’écrivain français Alain Galan, Peau-en-poil, provient du vocabulaire de la mégisserie (travail des peaux) et de la taxidermie, où cette locution désigne la peau brute,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion