Genève

Christina Meissner élue vice-présidente: un geste féministe?

L’UDC mènera une enquête à l’encontre de sa seule députée. Son élection pose la question de la place des femmes en politique.    
La désobéissance de Christina Meissner vis-à-vis de son parti JEAN-PATRICK DI SILVESTRO
Grand Conseil genevois

La députée UDC Christina Meissner n’a pas laissé planer de doutes, au moment de se prononcer sur sa candidature «sauvage» à la vice-présidence du Grand Conseil genevois. «En tant que femme et au nom des femmes, j’accepte», a-t-elle déclaré jeudi dernier, après avoir été présentée par le groupe Ensemble à gauche. Mais cette désobéissance vis-à-vis de son parti, qui lui avait préféré Patrick Lussi, ne restera peut-être pas sans conséquences:

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion