Livres

Sébastien Meier, haute voltige

Son dernier roman plonge dans les eaux sales du négoce des matières premières. Entre écriture, théâtre, danse et voyages, l’auteur lausannois fourmille de projets.
Son polar Le Nom du père allie intrigue captivante et précision documentaire. JEAN-PATRICK DI SILVESTRO
Littérature

On avait suivi sa chute dans Les Ombres du métis: Paul Bréguet y racontait sa rencontre avec Romain Baptiste, jeune prostitué d’une beauté éclatante retrouvé inconscient dans les bois de Sauvabelin. Il en était tombé amoureux alors qu’il était chargé de l’enquête, et le premier roman de Sébastien Meier mettait au jour les réseaux de prostitution masculine d’une Lausanne interlope et friquée, sur les traces de ce flic qui perdait

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion