Lecteurs

Initiative sur le renvoi: ne rêvons pas

Le potentiel rejet de l’initiative de mise en œuvre ne signera pas pour autant la victoire de l’Etat démocratique, prévient Yves Brutsch, qui qualifie la politique d’accueil suisse de «criminogène».
Asile

J’ai bien sûr voté contre l’initiative UDC pour une application rigide de son initiative sur le renvoi des étrangers délinquants, déjà acceptée par le peuple suisse. Elle semble pouvoir être repoussée à quelques pourcents près. Mais ne rêvons pas. Son rejet ne sera ni la victoire de l’Etat de droit démocratique ni la confirmation de notre «tradition humanitaire». Même si elle réserve la possibilité de faire quelques exceptions, la loi

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion