Actualité

Le marché de dupes avec Londres

Le compromis pour éviter un Brexit qu’ont trouvé le Royaume-Uni et ses partenaires européens, dans le domaine de la libre circulation des personnes, est bancal.
Le siège de la Commission européenne Sébastien Bertrand
Union européenne

Prudence est mère de sûreté. Sagement, la Commission européenne a donc proclamé haut et fort, lundi, qu’elle «ne participera pas» à la campagne référendaire que le premier ministre britannique, David Cameron, a ouverte dans son pays, après avoir conclu vendredi soir avec ses partenaires européens un «nouvel arrangement pour le Royaume-Uni dans l’UE». Le vote populaire aura lieu le 23 juin. On comprend Bruxelles: il s’épargnera ainsi la lourde tâche de reconnaître que

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion