Scène

Y a pas de lézard (ou si peu)

Premier spectacle de la résidence de Ludovic Chazaud et la Cie Jeanne Föhn, «Imaginer les lézards heureux» questionne la liberté d’inventer son existence.
La mise en scène est vive F. PALAZZI
Théâtre

Cinq survivants sur une île déserte. ­Autour d’eux, le ressac d’une vague qui nous souffle ce nouvel enjeu: faire ­sienne la situation aussi cocasse que désespérante d’avoir réchappé à un naufrage, au cours d’innocentes vacances. Difficile pour ces identités pas forcément compatibles de penser à un projet commun. Habiter l’espace de cet îlot de solitude avec autre chose que ses propres eaux stagnantes semble impossible. Chacun ressasse, lorgne sur son

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion