Scène

Danser, avec un grain de folie

Les Printemps de Sévelin ouvrent leurs portes ce mercredi à Lausanne. Une édition un peu «givrée» signée Philippe Saire. Entretien.
La danseuse et chorégraphe Ayelen Parolin dans son solo 25.06.76 Karin Vermeire
Lausanne

L’énergie de la jeune création chorégraphique européenne déferlera dès ce mercredi au Théâtre Sévelin 36 à Lausanne, avec Hérétiques d’Ayelen Parolin. Débutant exceptionnellement avant l’heure en février, cette «édition givrée» des Printemps de Sévelin joue sur l’irrationnel et des formes de liberté qui s’amenuisent par ailleurs dans nombre de situations politi­ques, note le danseur et chorégraphe Philippe Saire, qui en a concocté la programmation. Le festival ne zoomera pas moins sur

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion