Musique

Une Martha Argerich souveraine

Vendredi, la pianiste argentine a ouvert les feux du festival hivernal de Gstaad dans un souffle à la fois épique et spontané, secondée par une Kremerata Baltica de haut vol.  
Martha Argerich. MIGUEL BUENO
Musique classique

Le toucher à la fois souple et charpenté dessine un phrasé inimitable de transparence et de liberté jubilatoire. Certes à 74 ans, avec pour bagage une brillante ­carrière soliste de plus d’un demi-siècle, Martha Argerich bénéficie d’une intime fréquentation avec ce 2e Concerto pour piano de Beethoven. Il n’empêche, tant de joie musicienne et de virtuosité pertinente parle directement au cœur. D’autant qu’en ce vendredi hivernal, toutes les conditions sont

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion