Arts plastiques

L’art engagé, par la bande

Comment fait-on de l’art en temps de dictature? A Zurich, le Migrosmuseum examine le cas latino-américain.
Photo. Martha Araújo COLLECTION MIGROSMUSEUM / PHOTO: LORENZO PUSTERLA
Art

Il y a les unes du tabloïd brésilien O Dia, aux manchettes modifiées par l’artiste Antonio Manuel, discrètement glissées dans quelques kiosques à journaux de Rio (Clandestinas, 1973). Ou les masques blancs au sourire forcé du trio argentin El Triumvirato, qui rendent heureuses les foules (La cultura de la felicidad, 1973/2012). Il y a également les actions nocturnes du collectif 3Nós3, qui couvrait de sacs en plastique les têtes des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion