Suisse

La fleur faite aux entreprises suisses pourrait perdre quelques pétales

Selon la 3e réforme de l’imposition des sociétés, que le Conseil des Etats empoigne aujourd’hui, les dividendes des entrepreneurs devraient être davantage taxés
L’avantage fiscal obtenu ces dernières années par les actionnaires tend à s’effriter. LDD
Fiscalité

RIE III: cet acronyme, qui signifie «3e réforme de l’imposition des entreprises», donne des sueurs froides, et pas seulement aux journalistes devant le décortiquer. Les PME d’une part, mais aussi les grandes entités, craignent comme la peste certains volets du projet que le Conseil des Etats empoigne aujour­d’hui. Dans leur viseur notamment: l’adaptation de l’imposition partielle des dividendes. Pour bien comprendre le sujet, il n’est pas superflu de remonter le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion