Vaud

Les communes vaudoises rechignent à accueillir des réfugiés

SOLIDARITE • Après l’appel «Un village – une famille de réfugiés», les communes sont encore peu enclines à héberger des migrants. Contre-exemple à Giez.
La ferme du syndic de Giez DR

Après l’appel d’un municipal d’un village du Nord vaudois pour que chaque village accueille une famille de réfugiés, des petites communes s’interrogent sur leurs moyens d’action. Et deux interpellations attendent une réponse du Conseil d’Etat. La dernière a été déposée par la vert’libérale Claire Richard, syndique de Chigny, une commune de 340 habitants au-dessus de Morges. «Humainement, un grand centre d’accueil n’est pas la meilleure solution pour des enfants qui

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion