Europe-Turquie: le grand marchandage

BRUXELLES • Après la victoire d’Erdogan, la situation des droits de l’homme inquiète toujours les Occidentaux. Mais la priorité de l’UE, c’est d’endiguer les flux de migrants. Quitte à faire certaines concessions à Ankara.

Les Européens ont salué, hier, l’écrasante victoire électorale du Parti de la justice et du développement (AKP) lors des élections législatives de dimanche en Turquie. Sans doute manquent-ils de sincérité. Seul compte leur intérêt majeur: résoudre la crise des migrants, qui sème la zizanie dans l’Union, avec l’aide – indispensable – d’Ankara. Dans un communiqué conjoint, publié un jour férié à Bruxelles, la cheffe de la diplomatie de l’UE, Federica

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion