Musique

L’Ensemble Vide fait vibrer Arcoop

Dix-huitième et vingt-et-unième siècles se rencontrent dans un spectacle qui mêle Bach et improvisation. L’écrin est tout aussi exceptionnel.
L’Ensemble Vide fait vibrer Arcoop
La violoncelliste Fanny Balestro joue la Suite n° 3 de Bach dans les étages du ­bâtiment Arcoop à Carouge. DR
Concerts

C’est un lieu méconnu, bijou de l’architecture industrielle genevoise, qui accueille une nouvelle fois les propositions musicales de l’Ensemble Vide. Le collectif emmené par le compositeur Denis Schuler et la hautboïste Béatrice Zawodnik niche depuis 2012 ses concerts à géométrie varia­ble, mêlant baroque, classique et contemporain, dans le vaste écrin de la rue des Noirettes à Carouge, le bâtiment Arcoop. Cinq étages surmontés d’une verrière, une cour inté­rieu­re et des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion