Cinéma

Pertes et beautés

La 68e édition du Festival de films de Locarno s’achève aujourd’hui. Retour sur ses temps forts, dont «Bella e Perduta» de Pietro Marcello qui évoque la disparition du monde paysan traditionnel italien.
Pertes et beautés
Photo. Véritable clou de la sélection
Locarno Festival

Principal rendez-vous de la cinéphilie internationale en Suisse, le Festival du film de Locarno reste un des lieux essentiels de la découverte cinématographique. Le Courrier avait déjà couvert l’inévitable controverse1 entourant la programmation de la section «First Look at Israeli Cinema». Place à présent à l’appréciation artistique de sa 68e édition. Vitrine première du festival, la Piazza Grande aura cette année entériné le divorce qui règne maintenant entre grand public

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion