Genève

«Il peut vivre chez moi tant qu’il veut»

Marie-Antoinette Dunant accueille chez elle Babak, un opposant iranien. Une initiative personnelle. Des cantons encouragent ce type d’hébergement, mais au compte-gouttes.
Babak vit chez Marie-Antoinette Dunant depuis neuf mois. Un bol d’air pour le réfugié iranien
Asile

C’est une grande maison à Thônex, aux franges de l’agglomération genevoise, avec un jardin splendide où s’épanouissent de majestueux arbres – tulipier, prunus au feuillage rouge foncé, figuier pointant son ramage en direction des vignes qui grimpent le long de la façade. Dans les abris genevois de la protection civile où Babak a vécu trois ans et demi, nulle fenêtre pour échapper à ses fantômes. Alors, une pergola, un potager! «Le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion