Scène

Théâtre syrien, art hors-sol

MIGRATIONS (V) Ils sont dramaturges ou metteurs en scène de théâtre. Réfugiés parmi les quatre millions de Syriens qui ont fui le conflit, ils réinventent en exil un art dont l’indépendance est aussi menacée qu’indispensable.
Photo. Présentée à Beyrouth TABITHA ROSS

«Le théâtre doit rester en vie car sans lui, le monde deviendrait plus solitaire, plus moche et plus pauvre», prophétisait le dramaturge syrien Saadallah Wannous devant l’assemblée de l’Unesco, le 27 mars 1996. Pour la première fois en trente ans, un auteur de théâtre arabe y prononçait le discours inaugural de la Journée internationale du théâtre. Surprise, c’est sous le régime liberticide de Hafez el-Assad que l’œuvre théâtrale la plus subversive

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion