Actualité

Un, deux, trois, cent ZAD

Ces dernières années, la France a vu se développer les ZAD (zones à défendre), un pied de nez à l’acronyme officiel (zone d’aménagement différé). De Notre-Dame-des-Landes à Sivens (où le jeune militant Rémi Fraisse a été tué par les forces de l’ordre), de Roybon à Allauch, autant de sites occupés, et habités, contre ce que les activistes appellent les «grands projets inutiles» – barrage, aéroport, parc de loisirs, stade, centre

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion