Musique

Iphigénie sacrifiée au Grand Théâtre

OPÉRA • Si elle séduit l’oreille, l’«Iphigénie en Tauride» montée à Genève peine à convaincre l’œil.
Anna Caterina Antonacci (Iphigénie) et Bruno Taddia (Oreste). CAROLE PARODI

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion