Musique

Pedro Kouyaté, blues en sous-sol

MUSIQUE Il joue tous les matins dans les couloirs du métro parisien. Rencontre à l’occasion de la parution de «La Tramontane», un opus entêtant et captivant.
Un pied au Mali et l’autre dans le métro de Paname SOPHIE COMTET KOUYATE

Chaque matin à 6h30, Pedro Kouyaté prend son café au bar-tabac de la place Jourdain, au cœur du 20e arrondissement de Paris. Sous ses yeux, les éboueurs circulent. Il fait encore nuit et le musicien s’en va prendre le métro, direction place de la République où il installe sa guitare et son ampli. Cha­que matin, il distille son blues malien pour les citadins pressés d’aller au boulot, pour les touristes et

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion