Genève

Un monde sans cœur

L’affaire de l’incendie qui s’est produit dans la nuit du 16 au 17 novembre au centre pour requérants d’asile des Tattes à Vernier (GE) sert de révélateur au climat délétère qui règne sur le dossier de l’asile, où les amalgames pullulent et les contre-vérités prospèrent. Les plaintes déposées par l’avocat Pierre Bayenet1 Révélées par Le Matin Dimanche du 14 décembre. permettent de lever une partie du voile pudique – ou

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion