Édito

Après la préférence nationale, la préférence religieuse?

Dans le nord de l’Irak, l’avancée de l’Etat islamique pousse sur les routes de l’exode des dizaines de milliers de personnes issues des minorités menacées par l’innommable politique de «purification religieuse» des djihadistes. Tous les non-sunnites sont visés: chrétiens, yézidis, chiites. Mais, après la prise de la première ville chrétienne du pays, Qaraqosh, c’est la fuite de cette population qui, de par son ampleur, fait d’abord la «une» des journaux.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion