Solidarité

Les semences défendues bec et ongles par les autochtones arhuacos

COLOMBIE • Menacé par des projets de barrages et de mines, le peuple autochtone arhuaco se défend aussi contre les semences transgéniques. Et bâtit des alternatives avec d’autres mouvements dans le monde. Rencontre.  
Nabusimake

Représentante d’une culture ancestrale dédiée à la Terre mère, Ati Quigua ne comprend pas l’attrait exercé par les semences génétiquement modifiées: «Ils disent que ces graines sont plus productives. Mais pour l’être, elles ont besoin d’un paquet agrotoxique qui en finit avec la vie du sol. Quand arrivent les pluies, l’eau transporte ces produits dans les rivières, lesquels tuent les poissons. Lorsque les oiseaux les mangent, ils en meurent aussi.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion