Actualité

Grèce: la maladie de la détention

MIGRATION • Depuis le 20 mars, les étrangers peuvent être emprisonnés au-delà de la limite des dix-huit mois fixée par l’UE. Avec des conséquences catastrophiques pour cette population fragilisée.  

«C’était le pire moment de ma vie. Depuis, j’essaye juste d’oublier.» Shirzad est Afghan, mais ce réfugié de 27 ans n’a jamais vu son pays natal. Il est né et a été discriminé toute sa vie en Iran, jusqu’à ce qu’il décide de s’aventurer sur les routes dangereuses qui mènent jusqu’en Europe, terre d’asile et d’espoir. Jamais il n’aurait imaginé que l’asile ait la forme d’une prison; pourtant, Shirzad a été

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion