Édito

Des pacifistes devenus clandestins

Cette semaine, une manifestation pacifique pour les droits des migrants s’est transformée en un «coup de filet» des gardes-frontière pour renvoyer des «clandestins» en Italie. Comment l’expliquer? L’opération baptisée «No borders train» (Train sans frontières) a rassemblé 200 personnes ce samedi. L’appel venu d’Italie invitait tout un chacun à «défier les frontières de l’Europe, de concert avec les migrants et les réfugiés». Munis d’un billet aller-retour, les participants se sont

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion