Cinéma

Quitter le Maroc opaque

«L’ARMÉE DU SALUT» Adaptant son propre roman, l’écrivain marocain Abdellah Taïa réalise un premier long métrage qui fait honneur à sa véritable vocation: le septième art. Rencontre.
Quitter le Maroc opaque 1
Saïd Mrini incarne le jeune Abdellah dans L’Armée du salut d’Abdellah Taïa MOA DISTRIBUTION
cinéma marocain

Abdellah Taïa est de retour à ­Genève. Cette ville étrangère où le jeune Marocain faisait halte avant de gagner Paris à la fin des années 1990. Une étape importante qu’il évoque dans L’Armée du salut, roman pa­ru en 2006 et devenu un film. Plus encore: la révélation d’un cinéaste qui attendait son heure. Auteur entre autres de cinq romans, dont Le Jour du roi (Prix de Flore en 2010), il

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion