Médias

L’ombre tutélaire

COMMENTAIRE

Ose-t-on un coup de corne de brume dans le concert de violons qui salue la reprise du «Temps» par Ringier? Oui, que ce journal reste adossé à un groupe de presse suisse – et à un seul – n’est pas une mauvaise nouvelle. Mais quand Ringier nous parle d’une «affaire de cœur», de son intérêt pour la Suisse romande ou de ses ambitions pour «Le Temps», vient cette question assez simple: pourquoi l’éditeur zurichois,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion