Genève

SPMi: «Un audit de plus: pour quoi faire?»

GREVE • Lassés par de multiples rapports restés lettre morte, les grévistes du Service de protection des mineurs exigent de véritables réponses de la part des autorités.  
Sorte de compilation des travaux précédents PM

Les employés du Service de protection des mineurs (SPMi) et des adultes (SPAd), qui ont débuté lundi une grève reconductible pour une durée illimitée (lire ci-dessous), évoquent une surcharge de travail. La revendication n’est pas nouvelle, elle a déjà fait l’objet, depuis plusieurs années, de multiples rapports. La plupart ont tenté de définir quel doit être le nombre de dossiers par collaborateur, sans pour autant parvenir à faire évoluer la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion