Solidarité

Le Brésil opte pour la privatisation

PÉTROLE • Brasilia s’apprête à vendre aux enchères une immense réserve d’or noir. Dans tous les secteurs, Dilma Rousseff fait le choix des investissements privés.

«Nous espérons que la présidente Dilma n’entrera pas dans l’histoire de notre pays à côté de Fernando Henrique Cardoso, au chapitre consacré au bradage de nos richesses.» L’avertissement vient de João Pedro Stedile, dirigeant du Mouvement des sans terre (MST). Fernando Henrique Cardoso a dirigé le Brésil de 1995 à 2002. Bête noire des syndicats, le président issu du Parti de la social-démocratie (PSDB, centre droit) avait privatisé le géant

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion